samedi 7 octobre 2017

Archives : #IndépendanceRédactions: retour sur la Conférence de Presse du 7/10/14 au Sénat #2

Pour mémoire, c'était il y a 3 ans... 


#2 Le regard d’une jeune Indignée du PAF, Myrtille Dupont (photographe) 
Proposition de loi relative à la reconnaissance juridique du Conseil de rédaction déposée par Mme la Sénatrice Nathalie Goulet et enregistrée sous le numéro 813.


Ce qui s'est passé le 7 octobre à la conférence de Presse au Sénat est d'importance. Il était en effet question de la création des « Conseils de Rédactions ». Ces organes seraient, dans les médias journal, un garant d'une plus grande liberté de la presse en remettant les journalistes face à leur mission centrale d’informer et en les réunissant collectivement dans une entité juridique reconnue comme telle : la rédaction. Mais il faudrait pour cela qu'ils bénéficient d'une reconnaissance statutaire officielle et légale. C'est à cette épineuse question que ce sont attaqués Nathalie Goulet, Sénatrice de l'Orne et des représentants du Syndicat National des Journalistes (SNJ) et des Indignés du PAF.
Le 7 octobre 2014 a donc eu lieu la conférence de presse présentant la proposition de loi de reconnaissance juridique du Conseil de Rédaction au Sénat en présence de ses rédacteurs Nathalie Goulet, Dominique Pradalié pour le SNJ et Philippe Guihéneuf pour les Indignés du PAF. Afin d’illustrer le bien-fondé de l’initiative, Joseph Tual, grand reporter, était là, apportant son témoignage sur une mésaventure récente.
Au début de la conférence de presse, la Sénatrice Nathalie Goulet s'est présentée et a expliqué comment est né le travail de co-écriture du texte de proposition de loi, en quoi il est important. Elle a bien précisé qu'elle n’était en rien porte-parole des Indignés du PAF ou des syndicats, mais qu'elle était d'accord sur un point très important : le besoin d'une base légale d'un Conseil de Rédaction. Fort de son expérience du Sénat, elle veut faire en sorte que la proposition de loi soit acceptable dans le calendrier parlementaire. Selon elle, il ne s'agira pas de rédiger un brûlot mais de trouver un équilibre sur une base légale, de définir les contours d’un texte qui serve l’intérêt général. Elle a précisé que pour les gens de la profession, ce sera probablement incomplet mais que ce texte présente une avancée avec une série d'articles.
Concrètement, il s'agit de donner d'abord une existence juridique aux Conseils, ensuite de leur permettre d'avoir un accès à des informations économiques et financières, enfin de pouvoir se protéger et de faire valoir les droits de la rédaction. Il ne s'agira pas de tout mettre en commun dans un seul organisme centralisé contre les propriétaires des journaux mais de donner un droit à l'information, à une protection intellectuelle du contenu des articles qui pourraient être revendus. L'objectif n'est pas de créer une arme de guerre contre les rédactions, l'intérêt étant la souplesse de l'organisation où chaque rédaction pourra ou pas créer son conseil de rédaction.
Le texte de proposition de loi sera distribué à la commission des affaires culturelles pour qu’elle se saisisse du dossier. La première mission sera de nommer un rapporteur. L'objectif premier, insiste Nathalie Goulet est que la commission des affaires culturelles prenne la proposition de texte de loi en considération.
Selon Dominique Pradalié, il faut permettre aux journalistes de garder leur conscience et leur liberté. Le journalisme a besoin d'une reconnaissance collective de ce qu'est une rédaction. Avant, une ligne jaune existait entre les rédactions et les services marketing, aujourd'hui de grands groupes ont mis la main sur beaucoup de journaux et un déséquilibre s'est instauré au détriment des rédactions. C'est un véritable « SOS qui est envoyé aux parlementaires pour que nous puissions avoir une presse de qualité et indépendante » lance solennellement la secrétaire générale du SNJ. Il faut une reconnaissance d'une charte unique, l'existence d'une instance juridique avec des représentants professionnels et des citoyens. Le but n'est pas d'être punitif mais pédagogique. Le Conseil de Rédaction est une protection collective, un patrimoine collectif. Si le Conseil existait déjà, affirme-t-elle, jamais l'Express n'aurait annoncé le décès de Jacques Chirac.
Joseph Tual du service public télévisuel a ensuite éclairé l'assistance avec son témoignage d'une expérience très récente. En effet, il a travaillé avec 2 confrères (presse privée et radio publique) sur un dossier complet extrêmement sensible. Les faits étaient précis, avérés, décrits dans le rapport final de l'enquête policière. Mais sa rédaction lui fit savoir à la dernière minute que son sujet ne serait pas diffusé, car il n’avait « rien de neuf ». Or, le soir même ses collègues partenaires diffusaient l'information qui devenait un scoop... repris plus tard par le site du média du grand reporter. Il est clair pour tous les intervenants à la tribune que « si le Conseil existait déjà, la rédaction serait revenue sur sa décision et le sujet aurait été diffusé ».  Selon Nathalie Goulet « il y aurait eu un dialogue grâce à la structure ». Pour Dominique Pradalié, « cela permettrait de ne pas laisser seuls les journalistes, même si les syndicats réagissent ».
 Depuis plusieurs années, il est question de la création d'un Conseil de Presse sans que celui-ci n'ait jamais pu voir le jour en France. Aujourd'hui, la proposition de Loi de reconnaissance juridique du Conseil de Rédaction est une avancée majeure dans l'intérêt général et l'intérêt du journalisme, pour lutter contre les conflits d'intérêt. Une petite révolution réunissant à la fois les professionnels, les syndicats et les citoyens.
Myrtille Dupont

Lien source : https://blogs.mediapart.fr/les-indignes-du-paf/blog/091014/independanceredactions-retour-sur-la-conference-de-presse-du-710-au-senat-2 

lundi 31 juillet 2017

Archives : "ON NE PEUT PLUS VIVRE COMME ÇA !"(*)

Toutes les femmes palestiniennes que je rencontre, qu’elles acceptent d’être prises en photo ou non pour l’exposition, ont toutes dans leur regard la même pensée : « on ne peut plus vivre comme ça et pourtant nous continuons».

Pas de tristesse dans ces regards, mais au contraire beaucoup de force et de dignité dans leur « combat » de femme.

Pour leurs enfants, elles continuent de vivre, de travailler, de garder espoir, de s’occuper de leur mari malade pour certaines, ou de leur famille si elles ne travaillent pas.
Pour beaucoup, elles sont la seule personne à travailler et à faire vivre une famille entière.

Elles veulent que leurs enfants fassent des études, puissent trouver du travail, se marier, avoir des enfants, être heureux, puissent voyager, tout cela au-delà du contexte de souffrance au quotidien.

D’autres sont obligées d’arrêter leurs études, elles sont donc sans diplôme ni travail et il devient difficile pour elles de se marier et de construire un avenir.

Certaines sont en prison, sans en connaître la raison ni pour combien de temps, sans pouvoir non plus donner de leur nouvelles à leurs familles.

Ce travail photographique est pour moi une goutte d’eau dans l’océan. Que cette goutte d’eau puisse pour la Journée de la Femme 2008 faire naître dans le regard de chacune et chacun cette petite lueur comme celle que nous avons lors de partage de complicité entre très bons amis.

Femmes d’ici et d’ailleurs, nous avons toutes nos différences de culture, de religion, de langue, de tradition et pourtant nous avons beaucoup de points communs et nous savons toutes très tôt les difficultés de ce que nous avons à vivre et à porter au quotidien quelques soient les contextes politiques, économiques, religieux ou familiaux.
Myrtille, mars 2008, Jérusalem.
(*) le titre fait référence à la pièce de théâtre "Le Collier d'Hélène" que j'ai vu au TNP de Jérusalem en 2008

dimanche 30 juillet 2017

J'ai testé les tableaux photo de Saal Digital

 J'ai testé les tableaux photo de Saal Digital

Suite à une publicité sur mon Instagram invitant à faire une demande de coupon de réduction de 50€ en échange de mon avis pour tester des tableaux photos, je prends contact.
Je reçois un 1er mail le jour même :

"Chère Madame Dupont,
Nous avons bien reçu votre message.

Dés que nous aurons traité votre demande vous recevrez immédiatement
une confirmation de notre équipe.
N´hésitez pas à nous contacter à l´avenir pour toutes questions ou problèmes.
Vous pouvez nous contacter par retour d´e-mail en mentionnant votre
[Ticket: FR...] comme référence dans l´objet.

Cordialement.
L´équipe Saal Digital"

Un 2e mail arrive 2 jours après :

"Chère Madame Dupont,

Nous sommes ravis que vous souhaitiez participer au test de notre tableau photo !
Voici le déroulement de cette action :
[...]

Cordialement."


Je finis mon travail en cours et je me lance le 11/07/17 en allant sur http://www.saal-digital.fr/tableaux-photo/ ! D'abord je réfléchis à quelle image je vais faire tirer en grand format. Ensuite, je télécharge le logiciel, installation facile et rapide sur mon ordinateur PC sous W10. Mais pourquoi une seul image, un seul tirage ? Je me dis que peut-être je pourrais commander plusieurs petits tirages de photos de ma banque d'images au lieu d'un grand format afin de pouvoir tester et en comparer plusieurs. Il n'y a pas de restriction. Je choisis donc plusieurs images puis je vais sur le logiciel dont voici mon expérience en captures d'écran :



La 1ère commande se déroule très bien. Je fais au plus simple mais je remarque plein d'options possibles pour des commandes plus spécifiques pour de futures expositions photos. Je ne prends pas les options "accroche" ni suspension".
Je reçois une confirmation pour :

Articles     Quantité     Prix à l´unité     Montant total
Alu-Dibond 10 x 15, sans profilé (Mon article photo 1)     1,006,95 €6,95 €
GalleryPrint 10 x 15, brillant, sans profilé (Mon article photo 2)     1,0012,95 €12,95 €
Alu-Dibond Butlerfinish® 10 x 15, sans profilé (Mon article photo 3)     1,007,95 €7,95 €
Acrylique 10 x 15, null : 5 mm, sans profilé (Mon article photo 4)     1,0011,95 €11,95 €
Panneau PVC 10 x 15, null : 5 mm, sans profilé (Mon article photo 5)     1,005,95 €5,95 €
Alu-Dibond 10 x 15, sans profilé (Mon article photo 6)     1,006,95 €6,95 €
Frais d´envoi:6,95 €
Bon promo: - 50,00 €
Total:9,65 €

Le délai de livraison est estimé le 18/07/17.


Détail de ce que j'ai choisi expliqué dans le logiciel :

Impression UV directe sur Alu Dibond
  • Panneau composite en aluminium de 3 mm d'épaisseur (mate)
  • Formats sur mesure, au centimètre près
  • Haute résolution et netteté maximale avec une impression directe UV 6 couleurs y compris les couleurs claires
  • Extrêmement stable et imperméable
  • En option : avec un système d'accrochage en profilé aluminium haute qualité
GalleryPrint en haute qualité
  • impression directe sur Verre Acrylique (2 mm) renforcée par une plaque d'Alu-Dibond (3 mm)
  • disponible dans les finitions mates ou brillantes
  • résolution et netteté maximales grâce à l'impression directe 6 couleurs anti UV, y compris pour les couleurs claires
  • impression sur mesure possible, au centimètre près
  • en option, disponible avec système de fixation
Alu-Dibond Butlerfinish®
  • Panneau composite aluminium de 3 mm d'épaisseur (brossé)
  • la plaque aluminium brossée brille particulièrement pour des images claires
  • formats sur mesure, au centimètre près
  • haute intensité des couleurs grâce à l´impression UV directe 6 couleurs
  • extrêmement stable et imperméable
  • en option avec une suspension profilé aluminium de haute qualité
Vos images en impression directe sur verre acrylique
  • Verre acrylique de 5 mm ou 10 mm d'épaisseur
  • Formats sur mesure, au centimètre près
  • Haute résolution et netteté maximale avec une impression directe UV 6 couleurs y compris les couleurs claires.
  • Vos images sont imprimées directement sur le dos de la plaque en verre acrylique 
  • En option : avec un système d'accrochage en profilé aluminium haute qualité
Matériau polyvalent et durable
  • Panneau PVC blanc de 5 mm ou 10 mm d'épaisseur
  • Formats sur mesure, au centimètre près
  • Haute résolution et netteté maximale avec une impression directe UV 6 couleurs y compris les couleurs claires. 
  • Extrêmement stable et imperméable 
  • En option : avec système d'accrochage en profilé de suspension aluminium
Je souhaite faire une autre commande pour un tirage Fine Art en Noir et Blanc sur le logiciel après avoir vu un coupon de réduction de 15€ sur le site :

 

 
 
 

J'ai voulu poursuivre le test car le site affichait dans le coin en bas à gauche "Découvrez les 3 finitions papier FineArt avec le bon d'achat de 15 €" (*15 € Offre découverte valable pour les posters. Valeur minimum de commande 30 €. Hors frais d´envoi. Offre non cumulable avec d´autres offres. Valable une fois par client. Promotion valable jusqu'au 31/07/2017.)
J'ai d'abord utilisé le même procédé avec le logiciel sur mon ordinateur, mais le coupon de réduction ne fonctionnait pas donc je suis allée sur le site. J'ai regardé les différences des 3 finitions en survolant les images avec ma souris. J'ai cliqué sur "Commander maintenant", j'ai retrouvé le même processus qu'avec le logiciel téléchargé, sauf qu'il est précisé que je ne peux ni enregistrer ni faire de modification. J'ai commandé sans vérifier dans la colonne de gauche en bas mon choix "Baryta", donc par défaut, j'ai passé une commande pour un Papier Fine Art Photo Rag dont les caractéristiques sont :
  • finition souple 100% coton
  • format sur mesure au centimètre près
  • incroyable netteté
  • haute profondeur de champ
  • 308 g/m²
Or, pour un Noir et Blanc il faudrait plutôt le Baryta :
  • Grammage 325 g/m²
  • 100% cellulose α
  • brillance réfléchissante
  • parfait pour images noir et blanc
  • format sur mesure au centimètre près
  • Profil ICC disponible
 Tandis que le FineArt Perle :
  • 285 g/m², 100% cellulose, blancs purs
  • finition brillance perlée
  • Touché soyeux
  • Profondeur et contraste impressionnant

Tout de suite après ma commande, je leur demande si ma commande peut être modifiée suite à mon erreur. Quelques minutes après, je reçois :

"Chère Madame Dupont,
Nous avons bien reçu votre message.

Dés que nous aurons traité votre demande vous recevrez immédiatement
une confirmation de notre équipe.
N´hésitez pas à nous contacter à l´avenir pour toutes questions ou problèmes.
Vous pouvez nous contacter par retour d´e-mail en mentionnant votre
[Ticket: FR...] comme référence dans l´objet.
Cordialement."

Je note la possibilité de donner un avis juste après chaque commande :



Ma 2e commande :

Article     Quantité     Prix à l´unité     Montant total
FineArt 50 x 70 Photo Rag: Photo Rag     1,0030,00 €30,00 €
Frais d´envoi:6,30 €
Bon promo: WB524LFT- 15,00 €
Total:21,30 €


Maintenant, j'attends avec impatience ma livraison !